RSS

Schlagwort-Archive: liberté

Le vin de la nuit

Le vin de la nuit

 

 

 

Quand le monde

Commence à pulser

Dans nos veines

Comme le vin

 

Et tout est revêtu

D’un voile flouant,

 

Tissé des étoffes

Mystérieuses et précieuses

De la vie nocturne

 

Qui évoquent le goût

Des secrets doux,

Cachés sous la vague liberté

D’un ciel étoilé,

 

Nos verres sont remplis

Du vin de la nuit.

 

Quand un sourire

Devient la promesse

D’un amour éternel

 

Pour une nuit,

 

Quand des étrangers

Deviennent les porteurs

De nos secrets

Les plus intimes,

Dans une amitié

Qui durera toute une vie,

 

Pour une nuit,

 

Nos verres sont remplis

Du vin de la nuit.

 

Quand la vie elle-même

Prend une autre dimension

Et se présente à nous

Avec cette intensité

Qui transforme des fragments

De sentiments

Dans nos plus grandes passions,

 

Nos verres sont remplis

Du vin de la nuit.

 

Quand les apparences

Sont consumées lentement

Par les cendres des cigarettes

 

Et nous dévoilons

Toutes nos cicatrices

Et les œuvres d’art

Que nous en créerons,

 

Nos verres sont remplis

Du vin de la nuit.

 

Jusqu’à ce que le soleil levant

Dérobe l’horizon

De ses promesses

De l’infini.

 

Copyright Sophie Aduial 2018

 

Bildergebnis für glas rotwein

Advertisements
 
 

Schlagwörter: , ,

L’invitation non suivie

Un jour, j`ai traversé un paysage vert et en pleine fleuraison, coloré par le fil des saisons, réjouissant dans toute la beauté et l`imagination avec lesquelles le passage du temps l`avait décoré, sans le dérober de son innocence. Comme un jeune adulte qui perçoit pour la première fois la vie dans toutes ses couleurs et ses possibilités, encore épargné du voile gris et lourd qui, indispensablement, troublera de plus en plus sa vision idéaliste du monde. Ainsi me semblait ce matin-là ce paysage, calme et innocent, mais plein de vie et plein de promesses. Devant mes yeux s`étendait la prairie, d`un vert éblouissant, qui traversait les collines jusqu`à ce qu`elle se confonde avec le bleu de l`horizon, coquetant avec l`infini. Les fleurs, s`ébattant dans toutes les formes et toutes les couleurs, qui ravissaient mes yeux, semblaient m`inviter à me mélanger à la danse légère que les couleurs entamaient avec l`horizon. Mon esprit s`évaporait et s`habillait dans toutes les nuances qui l`entouraient, suivant leur invitation à la découverte de la passion. Le vent me caressait et je me sentais enveloppée de sa douce poésie, de ses vers chuchotant de voyages et de beauté, d`aventures et de liberté, toutes ces promesses dont le ciel était le vague précurseur, mais que son voile flottant cachait encore de mes yeux. Quelle envie m`a prise à ce moment de suivre cette voix douce qui me séduisait et d`accepter son invitation au voyage ! Quel désir j`éprouvais de goûter à cette vie palpitante et aventureuse, et de me perdre dans ses océans !

Hélas ! L`horizon était tellement lointain et  il y avait tant de collines à surmonter, qui cependant, s`élèveraient de nouveau devant moi, jusqu`à ce que j`aies finalement atteint cette piste de danse diffuse. Cependant, la route grise et droite qui s`étendait devant mes yeux, alors qu`elle ne m`inspirait pas la même agitation que la voix douce du vent, sa simplicité promettait au moins la sécurité, un passage facile, sans obstacles. Partagée entre la tentation de cette vie intense, mais incertaine, et l`option si simple qui se présentait à moi, je demeurais longtemps à contempler l`espace qui me semblait soudainement si vaste. Et si je n`apprendrais jamais à danser ?

Un sourire nostalgique se dessine sur mon visage en me souvenant de cela, de nombreuses années après ce jour-là, lorsque ce paysage  ensoleillait ma pensée. J`ai pris la route qui s`étendait devant moi avec ses promesses moins orgueilleuses, mais constantes et plus facile à atteindre. J`ai longtemps suivi son parcours tout droit et finalement, je suis arrivée sur la seule grande colline qu`elle m`avait fait monter, sachant que j`avais réussi à ses défis et fait ma vie. Je jouis d`une très belle vue ici qui me présente un paysage impressionniste et charmant, tout comme celui que mon cœur n`a jamais oublié.

Et bien que cette vue m`enchante toujours, mes mains glissent dans le vide, ne trouvant plus rien à tenir. Au cours de ma route, aucun souvenir subsistant ne s`est formé, aucune nuance ne se distingue par sa subtilité et dans mon reflet, tout ce que je vois, une silhouette muette. Comme ma vie s`achève lentement, je me rends compte que je n`ai jamais dansé avec l`horizon.

 

Copyright Sophie Aduial 2017

 
Hinterlasse einen Kommentar

Verfasst von - 11. November 2017 in Literatur

 

Schlagwörter: ,

Emotions

Dans la collaboration

artistique de l`humanité,

ma vie, un poème,

écrit en rimes, rythmé

selon ma pensée

agitée et troublée.

Je veux la lancer au vent,

ne plus chuchoter,

enfin crier,

colorer ma voix,

un moment de liberté

dans le défilé

des vers ratés,

mais déjà, ma raison me rattrape

et le vent m`échappe,

dans mon reflet,

tout ce que je vois,

une silhouette muette.

 

Copyright Sophie Aduial 2017

 
 

Schlagwörter: ,

mots contre maux #3

«Il ne faut pas de tout pour faire un monde. Il faut du bonheur, et rien d’autre.»

Paul Éluard

 

Schlagwörter: , , , , , , , ,

 
Kunst trifft Poesie

Malerei ist Sprache für die Augen, Sprache ist Malerei für das Ohr.

the chronicles of An Overthinker

.thinking.reading.writing.

saminana

Human Rights, Literature and much more

Lyrifant

Wortgeweb & Sinngespinn